Exercice bilatéral PHOENIX

L’exercice PHOENIX a permis à la Mauritius police force (MPF) et aux Forces armées de la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) de s’entraîner autour de la lutte contre le narcotrafic.

Avec l’exercice PHOENIX à Maurice en novembre, « les armées françaises ont déployé une centaine de militaires, dont l’état-major des FAZSOI, le patrouilleur Le Malin, l’escadron de transport ET50 et le 2e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (2e RPIMa), tous deux basés à La Réunion.

Les forces de sécurité mauriciennes, assurant tant des missions de défense que de sécurité intérieure, ont toutes été impliquées, à hauteur de 130 militaires, garde-côtes et policiers : l’anti drug and smuggling unit (ADSU), la special mobile force (SMF), la special supporting unit (SSU), l’équipe cynophile de la police, les Maritime Commandos (Marcos), et le groupement d’intervention de la police mauricienne (GIPM).

Exercice bilatéral PHOENIX © Valérie Koch - Tous droits réservés

La zone d’exercice en terrain libre était principalement concentrée dans le sud-est de l’île. De nombreux équipements ont été mis à disposition afin de pouvoir contrôler les procédures communes : le patrouilleur Le Malin (Marine Nationale), trois hélicoptères Alouette (Helicopter Squadron, Maurice), deux avions de transport Dornier (Coast Guards) et Casa (Armée de l’Air), ainsi qu’un patrouilleur Victory et un fast interceptor boat (Coast Guards).

L’école des garde-côtes du Chaland a accueilli le poste de commandement interarmées binational, en lien avec les composantes terrestres, aériennes et maritimes. Après acquisition du renseignement critique désignant la localisation du cartel, dans une ancienne usine désaffectée, les groupes d’intervention ont pris d’assaut le bâtiment : le groupe de commandos parachutistes, renforcé d’un groupe du GIPM, a investi l’usine, appuyé par le groupe d’assaut par mer, lui-même renforcé des Marcos.

Exercice bilatéral PHOENIX © Valérie Koch - Tous droits réservés

Ce premier exercice du genre entre les deux pays, baptisé « Phoenix », aura permis de développer leur interopérabilité, pour faciliter toute éventuelle intervention commune dans la zone sud de l’océan Indien. De la planification à l’exécution de cette opération interarmées, Mauriciens et Français ont approfondi ensemble leurs procédures. Ce type d’activité contribue à la sécurisation de l’espace maritime dans l’océan Indien, en luttant contre le terrorisme et ses sources de financement ». Une cérémonie a conclu PHOENIX avec des démonstrations en présence des autorités militaires et civiles, mauriciennes et françaises. //communiqué des FAZSOI (photos © Valérie Koch et ADJ Audrey/FAZSOI – Tous droits réservés).

Partagez
  • 13
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    14
    Shares
0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à la Newsletter hebdomadaire de FAGERS

* requis

Infos militaires dans la zone sud de l'océan Indien ©2019 FAGERS // Tous droits réservés - Reproduction interdite // À propos // Réalisation Agencevekha - Saint-Pierre, La Réunion

CONTACT

Une question ? L'inscription à la newsletter ? Envoyez-nous un message. // Idea ? Newsletter wanted ? You can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?