Ces Réunionnais qui s’engagent (V)

Aujourd’hui, je vous propose le portrait d’un « Réunionnais de Belfort », comme il se définit lui-même avec humour. Le sergent-chef Pierre a fait partie du premier contingent de militaires de la Sécurité civile venu en renfort de la lutte contre le moustique vecteur de la dengue, et j’ai pu le rencontrer à cette occasion.

Ces Réunionnais qui s'engagent V © collection personnelle du SCH Pierre - Tous droits réservés

Né à Belfort (Franche-Comté) en 1989, le sergent-chef Pierre est d’origine réunionnaise par sa maman (aide-soignante de profession, elle est originaire de Sainte-Suzanne et a quitté La Réunion en 1979). Mais c’est son père, alors sapeur à la prestigieuse Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris (aujourd’hui à la retraite après 43 ans de service chez les pompiers de Belfort et à la BSPP) qui lui a transmis les valeurs militaires et la passion du secours.
En février 2009, le jeune Pierre décide donc de s’engager. Il pousse la porte d’un CIRFA Terre, et fini par découvrir le monde de la Sécurité civile.

« Ça n’était pas très connu il y a 11 ans, et malgré qu’il s’agisse de formations militaires, on ne proposait pas forcément l’option à ceux qui voulaient s’engager. Heureusement, les choses ont évolué ».

C’est une aubaine pour lui, qui souhaite être projetable dans le cadre du secours. Il passe donc les tests CSO (aptitude physique) et signe un contrat VDAT d’un an renouvelable à l’UIISC 7 de Brignoles. Au terme de sept mois, le poste lui convient et il apporte toute satisfaction à sa hiérarchie. Il s’engage donc pour cinq ans en contrat EVRI (engagé volontaire en recrutement initial) et intègre, enfin, la compagnie d’intervention de l’UIISC 7.
En 2014, après un passage de quatre mois à ENSOA de Saint-Maixent, les missions en « treillis bleu » débutent. Il part sur les inondations en Serbie, réalise plusieurs campagnes de feux de forêt durant les mois de saison estivale en France et en Corse, intervient sur des tempêtes, des tremblements de terre ou encore, sur les cyclones Maria (Guadeloupe) et Irma (Saint-Martin). Il fera également 2 ans à la cellule formation du régiment (car oui, les UIISC sont des régiments de l’armée de Terre) et en 2017, partira en Tunisie pour des formations au risque, sauvetage et déblaiement au profit de la protection civile tunisienne.

« Le monde du secours, c’est un état d’esprit. Il faut aimer ce métier pour y rester et y faire carrière. Les familles doivent s’adapter, car sur l’OPS, ou avec l’astreinte, ça n’est pas simple pour ceux qui restent en base arrière ».

Même s’il a grandit en France-Comté, le sergent-chef Pierre connait bien La Réunion car il a déjà séjourné en vacances cinq fois dans sa famille maternelle, entre l’est et l’ouest. La mission sur l’île avec le détachement Sécurité civile en renfort de la lutte anti-vectorielle fut sa 11e campagne.
Désormais, il ambitionne de devenir chef de section. Il passe actuellement son BSTAT (brevet supérieur de technicien de l’armée de Terre) et sera sous-officier adjoint dans un mois. Avec, en ligne de mire, le concours pour le grade d’ODS (officiers des domaines de spécialités). //VK (photos © Valérie Koch et collection personnelle du SCH Pierre – Tous droits réservés)

Partagez
  • 393
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    395
    Shares
0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à la Newsletter hebdomadaire de FAGERS

* requis

Infos militaires dans la zone sud de l'océan Indien ©2019 FAGERS // Tous droits réservés - Reproduction interdite // À propos // Réalisation Agencevekha - Saint-Pierre, La Réunion

CONTACT

Une question ? L'inscription à la newsletter ? Envoyez-nous un message. // Idea ? Newsletter wanted ? You can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?