No replay, on enrage

S’engager dans l’armée n’est pas un jeu, n’en déplaise à tous les mythos de cette société qui ont besoin de s’inventer une vie virtuelle à défaut d’en avoir une digne d’intérêt ou de se contenter de celle qu’ils vivent. S’engager pour défendre son pays, vu qu’on n’est pas en 3e guerre mondiale même si les territoires en guerre sont nombreux, s’engager pour défendre son pays, ça peut vouloir dire y laisser sa peau. En vrai. Pfuiiit, fini, end of the game, u’re dead, sans replay possible. En mode Sentinelle ou commando.

Aujourd’hui, ce sont deux nageurs de combat du commando Hubert (FORFUSCO – Force des fusiliers marins et commandos), unité des forces spéciales (on appelle ça le COS, commandement des opérations spéciales), qui sont allés au bout de leur engagement, qui sont « morts en opération » pour employer le terme consacré. La saloperie de triste phrase qu’on va lire 1000 fois sur les réseaux sociaux en une heure parce que tout le monde veut la dire (même moi, voyez…). Morts dans une opération de libération d’otages (qui fut un succès, cette fois, mais ça n’est pas toujours le cas), celle de deux touristes français (plus deux otages étrangers) récemment enlevés au Bénin. Partis faire un safari dans le nid de frelons, nous dit-on dans les articles de presse écrite. Ou en tous cas, alentour. Pas une bonne idée du tout. Eux ils ont eu chaud aux fesses, certes, mais deux de leurs libérateurs y sont restés.

Quand on sait le niveau d’entraînement, le degré d’exigence, d’engagement, de ces hommes dévoués aux opérations spéciales, dans l’ombre avant la lumière, qui consacrent leur vie et surtout leur âme à l’arme à laquelle ils appartiennent, qui ne lâcheront rien, jamais, oh non, jamais, tant qu’ils n’auront pas mené à bien leur mission, que peut-on faire d’autre que s’incliner devant leur sacrifice ? S’incliner, remercier, enrager, et se dire que ô mon Dieu, nous sommes tellement chanceux que ces hommes (et ces femmes aussi)-là existent encore, ceux qui vont sortir leur prochain du merdier où il se trouve quitte à en crever. S’engager, ça n’est définitivement pas un jeu. //VK

Maitre Cédric de Pierrepont
 
Né en 1986, le maître de Pierrepont est entré dans la Marine nationale en 2004, au sein des équipages de la flotte. Il intègre en 2005 la spécialité de fusilier marin et se distingue en terminant premier sur quarante-sept de son cours de Brevet élémentaire. 
Un an et demi plus tard, il réussit le stage commando. Il est ensuite affecté au commando de Penfentenyo où il est promu au grade de second-maître et obtient son brevet d’aptitude technique fusilier marin-commando. En août 2012, il réussit le cours de nageur de combat puis rallie le commando Hubert. Il y occupait les fonctions de chef de groupe commando depuis le 1er avril 2018.
Le maître de Pierrepont était pacsé. Il cumulait 15 ans de service au cours desquels il a plusieurs fois été engagé sur des théâtres d’opérations en Méditerranée, au Levant et au Sahel ; théâtre sur lequel il était déployé depuis le 30 mars dernier. 
Il était titulaire de quatre citations (à l’ordre du régiment, de la brigade et de la division) avec attribution de la Croix de la Valeur Militaire et d’une citation à l’ordre de la Brigade avec attribution de la Médaille d’or de la Défense nationale. Il était en outre décoré entre autres de la Médaille d’or de la défense nationale « Nageur de combat – Missions d’opérations extérieures » et de la médaille d’Outre-mer avec agrafes Sahel et Liban.

Marine Nationale


Maître Alain Bertoncello
 
Le Maitre Alain Bertoncello, né en 1991, est entré dans la Marine nationale en rejoignant l’école de maistrance le 14 février 2011. Il choisit le 1er mars 2012 la spécialité de fusilier marin et réussit le stage commando la même année. Après 5 ans au commando Jaubert, il obtient le brevet de nageur de combat et rejoint le commando Hubert basé à Saint-Mandrier dans le Var, où il était affecté depuis juillet 2017.
Après son entrée au sein des commandos marine, le maître Bertoncello a participé à des missions de défense des intérêts maritimes français aux Seychelles (protection des thoniers) et à plusieurs opérations extérieures au Qatar, au Levant et au Sahel ; théâtre sur lequel il était engagé depuis le 30 mars dernier.
Le MT Bertoncello était pacsé. Il cumulait plus de 7 ans de service au sein de la Marine nationale.
Il était titulaire d’une citation à l’ordre du régiment avec attribution de la Médaille d’or de la Défense nationale et était décoré de la Médaille d’Outre-mer pour le Moyen-Orient ainsi que de la Médaille d’argent de la Défense nationale.

Marine nationale
Partagez
  • 77
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    78
    Shares
0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à la Newsletter hebdomadaire de FAGERS

* requis

Infos militaires dans la zone sud de l'océan Indien ©2019 FAGERS // Tous droits réservés - Reproduction interdite // À propos // Réalisation Agencevekha - Saint-Pierre, La Réunion

CONTACT

Une question ? L'inscription à la newsletter ? Envoyez-nous un message. // Idea ? Newsletter wanted ? You can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?