Berguitta : arrêté de catastrophe naturelle pour 10 communes

Les inondations, coulées de boue et mouvements de terrain provoqués par le passage de la forte tempête tropicale Berguitta il y a quinze jours ont été reconnus « catastrophe naturelle » pour 10 communes du sud et de l’ouest de La Réunion.

Le Gouvernement a annoncé le mardi 30 janvier 2018 la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour 10 communes du département de La Réunion, dans le cadre d’une procédure accélérée suite au passage de la forte tempête tropicale « Berguitta ».

Suite aux dégâts générés par « Berguitta » lors de son passage à proximité de La Réunion, plusieurs communes ont sollicité une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Les services de l’État à La Réunion, particulièrement mobilisés sur ce sujet majeur, ont procédé à l’instruction rapide de chacun des dossiers et fait établir dans un délai accéléré les rapports techniques exigés par la réglementation. L’ensemble de ces demandes a été transmis au ministère de l’Intérieur ainsi qu’au ministère des Outre-mer en vue de leur examen par la commission interministérielle chargée d’émettre un avis sur le caractère exceptionnel de cet évènement météorologique.

L’arrêté interministériel du 31 janvier 2018 publié au Journal Officiel ce jour, 1er février 2018, reconnaît donc l’état de catastrophe naturelle :
au titre des inondations et coulées de boue du 17 janvier 2018 au 18 janvier 2018 pour les communes : Les Avirons, L’Entre-Deux, L’Étang-Salé, Petite-Île, Saint-Joseph, Saint‑Leu, Saint-Louis, Saint-Pierre, Le Tampon .
au titre des mouvements de terrain (hors sécheresse géotechnique) du 18 janvier 2018 pour les communes : Les Avirons, L’Entre-Deux, L’Étang-Salé, Petite-Île, Saint-Leu, Saint-Louis, Saint-Pierre, Le Tampon, Cilaos.

Cet arrêté concerne les biens assurés. Dans ces communes, les personnes physiques et morales assurées ayant subi des dommages disposent d’un délai de 10 jours ouvrés à compter de cette date de publication pour faire parvenir à leur compagnie d’assurance un état de leurs pertes afin de bénéficier des dispositions de la loi du 13 juillet 1982, étendue aux départements d’outre-mer par la loi n° 90-509 du 25 juin 1990. L’assureur disposera ensuite d’un délai de trois mois pour verser les indemnisations.

Pour les biens non assurés, une procédure relative au Fonds de secours pour l’Outre-mer est susceptible d’être mise en œuvre au bénéfice des particuliers (sous conditions de ressources), petites entreprises artisanales ou familiales, collectivités et exploitants agricoles. Pour toute demande à ce titre, les sinistrés peuvent s’adresser à leur mairie. //communiqué de la Préfecture de La Réunion (photo © 2e RPIMA – Tous droits réservés)

Partagez
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Shares
0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT

Une question ? L'inscription à la newsletter ? Envoyez-nous un message. // Idea ? Newsletter wanted ? You can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2018 FAGERS // Tous droits réservés - Reproduction interdite // Réalisation Agencevekha - Saint-Pierre, Ile de la Réunion

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account