La gendarmerie pour sécuriser le GHER

La gendarmerie pour sécuriser le GHER © Valérie Koch - Tous droits réservés
Pour prévenir et lutter contre les violences, la sous-préfecture de Saint-Benoît et le Groupe Hospitalier Est Réunion (GHER) ont signé aujourd’hui un protocole afin de renforcer la sécurité autour du service des urgences.

Dans un communiqué, la préfecture de La Réunion annonce que « Christine Geoffroy, sous-préfète de Saint-Benoît, et Lionel Calenge, directeur général du Centre Hospitalier Universitaire de La Réunion et du Groupe Hospitalier Est Réunion (GHER), ont signé ce matin un protocole de renforcement de la sécurité en faveur des services d’urgences du GHER.

Ce partenariat permettra de développer la coopération entre la gendarmerie nationale et le Groupe hospitalier Est Réunion, afin d’améliorer la prévention et le traitement de tout acte de violence survenant à l’hôpital dont seraient susceptibles d’être victimes les patients, les visiteurs ou les personnels exerçant dans l’établissement.

La Gendarmerie nationale a réalisé pour le GHER un diagnostic de sûreté au regard de la prévention et du traitement de la violence à l’hôpital concernant l’ensemble des installations hospitalières, en particulier à l’intérieur et aux abords des services d’urgences. Les accès aux sites hospitaliers entrent également dans le périmètre de ce diagnostic.

À l’issue de ce diagnostic, le référent de la Gendarmerie nationale a établi une liste de préconisations de nature à renforcer la sûreté à l’hôpital. Le diagnostic de sûreté et les recommandations qui en résultent ont été présentés en CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail).

Quand les forces de l’ordre (Police ou Gendarmerie) sont amenées à se présenter aux urgences du GHER, afin d’obtenir des certificats de compatibilité avec des mesures privatives de libertés pour les individus placés en garde à vue ou devant être placés en IPM (ivresse publique et manifeste), il est important que ces personnes puissent être mises en attente pour un temps, le plus court possible, dans une salle hors de la vue du public afin de ne pas troubler le bon fonctionnement du service.

Suite aux études réalisées au cours du premier semestre 2015, il apparaît que ce sont des personnes accompagnées dans le service des urgences qui peuvent troubler la tranquillité du service et engendrer des situations conflictuelles avec le personnel du GHER.
Cette convention permettra de limiter les nuisances et garantir la continuité de l’activité dans le service des urgences ; il est impératif de mettre en œuvre les actions qui cadreront cette prise en charge.

La démarche a pour objectif de faciliter la collaboration entre les services de sûreté et le Groupe Hospitalier Est Réunion. Ainsi sera facilitée la procédure de dépôt de plainte des personnels du GHER ou de l’établissement dans le cas d’un engagement de l’action judiciaire contre les auteurs de violence. Une procédure de plainte peut être engagée par le représentant de l’établissement, par un personnel ou un patient de l’établissement ». // VK (photo d’illustration © Valérie Koch – Tous droits réservés, photo ci-dessous © Préfecture de La Réunion)

La gendarmerie pour sécuriser le GHER © Valérie Koch - Tous droits réservés

Partagez
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Shares
0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CONTACT

Une question ? L'inscription à la newsletter ? Envoyez-nous un message. // Idea ? Newsletter wanted ? You can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2018 FAGERS // Tous droits réservés - Reproduction interdite // Réalisation Agencevekha - Saint-Pierre, Ile de la Réunion

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account