Raid extrême à « Ker » pour les commandos du 2 | Part#1

Du 18 janvier au 26 février, 10 militaires de la Section Commando d’Appui à l’Engagement du 2e RPIMa ont bouclé la mission « Pétrel 2016 »,
un raid extrême couplé à une mission de surveillance maritime dans les Kerguelen, archipel et 5e district des Terres Australes et Antarctiques Françaises. FAGERS vous donne rendez-vous chaque semaine de ce mois de mars, pour suivre la trace des commandos parachutistes sur ce territoire mythique du Grand Sud.
Part #1 : Transit vers Kerguelen

Kerguelen, ou « Ker » pour les familiers des TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises)… Un archipel de 300 îles et îlots volcaniques, situé à 3400 km au sud de la Réunion, dans les eaux glacées de l’Antarctique. Au cœur de l’archipel, la Grande Terre, seule île habitée, grande comme la Corse, et baptisée « Ile de la désolation » par l’amiral Yves de Kerguelen qui découvrit l’archipel en 1772. Pour 10 militaires de la SCAE, la Section Commando d’Appui à l’Engagement du 2e RPIMa, c’est aussi un territoire ensorcelant qu’ils vont devoir reconnaître et affronter au cours d’un raid extrême de 152 km, organisé ponctuellement depuis les années 1990 et couplé à une mission de souveraineté et/ou de surveillance maritime.

Le départ de « Pétrel 2016 » est donc donné du port de la Point-des-Galets, avec l’embarquement sur la frégate de surveillance Nivôse. La FS appareille pour sa première SURMAR depuis son immobilisation de 10 mois, consécutive à un violent incendie en salle des machines. Pendant la phase de transit vers l’Antarctique, la vie à bord s’organise pour les commandos parachutistes : entraînements physiques, entraînements au tir, exercices communs avec la brigade de protection embarquée, et bien-sûr, intense travail de topographie, choix méticuleux des itinéraires d’étapes et mémorisation des tronçons, vérifications du matériel de transmission et de photos, check des équipements de vie/survie.

Après huit jours de mer particulièrement difficiles entre les mythiques 40ème rugissants et 50ème hurlants, l’archipel des Kerguelen est enfin atteint. La FS mouille dans le golfe du Morbihan, au large de la base de Port-aux-Français (base scientifique et unique lieu de vie de l’île). Le stick commando, en combinaison de survie étanche (obligatoire lors des survols de ces eaux glacée) et équipé pour une autonomie de 10 jours sur zone, est héliporté sur le point de départ du raid par rotations du Panther embarqué du DETAIR 36F Nivôse. Impressionnés par les capacités de vol de l’hélicoptère et la dextérité des pilotes coutumiers des conditions très difficiles (décollage d’un navire par vents violents), les commandos se font déposer par trinôme sur l’isthme des naufragés, reliant la presqu’île Ronarch’ à la presqu’île Jeanne d’Arc. L’air est glacé, un environnement désertique s’étend à perte de vue… les choses sérieuses peuvent commencer. // VK avec le CNE Bertrand (photos © SCAE/2eRPIMa © FS Nivôse/Marine Nationale – Tous droits réservés)

Partagez
  • 24
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    26
    Shares
3 Commentaires
  1. […] Part #1, Transit vers Kerguelen […]

  2. […] Part #1, Transit vers Kerguelen […]

  3. […] Retrouvez la 1ère partie : Part #1, Transit vers Kerguelen […]

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CONTACT

Une question ? L'inscription à la newsletter ? Envoyez-nous un message. // Idea ? Newsletter wanted ? You can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2018 FAGERS // Tous droits réservés - Reproduction interdite // Réalisation Agencevekha - Saint-Pierre, Ile de la Réunion

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account