Gendarmerie de la Réunion : situation opérationnelle tendue

Le général de corps d'armée Bertrand Soubelet, commandant le CGOM, aux côtés du COL Luc Auffret, COMGENDRE (© Valérie Koch)

Le général de corps d’armée Bertrand Soubelet, commandant le CGOM, aux côtés du COL Luc Auffret, COMGENDRE (© Valérie Koch)

Après une semaine passée à la Réunion à la rencontre des unités de gendarmerie des trois compagnies de l’île, une semaine à observer les conditions dans lesquelles les gendarmes exercent leur mission, tant leurs conditions de vie (avec un parc immobilier très inégal, des logements familiaux en-dessous des standards des logements sociaux) que leurs conditions de travail (des casernes défraîchies qui ne renvoient pas l’image d’une institution moderne), une semaine à découvrir à leurs côtés, sur le terrain, les réalités sociales et démographiques de l’île, les problèmes d’évolution de la délinquance (délits d’appropriation et atteintes à l’intégrité physique, violences intra familiales qui caractérisent la Réunion, etc), le général de corps d’armée Bertrand Soubelet, commandant le CGOM (Commandement de la Gendarmerie Outre-Mer), a pu établir un constat lucide sur la situation de la Gendarmerie à la Réunion.

« Les hommes qui sont à la tâche sur le terrain sont quasiment au maximum de ce qu’ils peuvent faire, et si d’aventure il y avait une charge de travail accrue, ils ne pourraient pas y faire face. Il faut en tirer les conclusions qui s’imposent et prendre des mesures pour que les unités ne soient pas en difficulté. Aujourd’hui, elles font face mais compte tenu de l’augmentation de la violence et de la pression démographique qui s’exerce sur ce territoire, je ne suis pas sûr qu’on puisse tenir très longtemps ».

Depuis quelques temps, les 730 gendarmes départementaux (dont près de 40% d’originaires), épaulés par la centaine de gendarmes mobiles qui se relaient tous les 3 mois, font en effet face à une recrudescence de violence et d’agressivité à leur égard. « Elle est le fait d’une population très jeune, parfois au-dessous de 10 ans et souvent entre 10 et 17 ans, avec des comportements totalement irrespectueux à la fois de l’autorité et de ses représentants », souligne le GCA Soubelet. « Dans la société réunionnaise traditionnelle, on a le respect du gendarme et des lois de la République. L’agressivité vient de populations qui ne sont pas originaires de la Réunion, soyons clairs. Ça n’est pas une opinion, c’est un constat ».

Et si les unités de gendarmerie représentent bien souvent le dernier rempart auquel on fait appel, avec des hommes engagés, déterminés, désireux de faire leur travail, elles ne sont pas « calibrées » pour faire face à toutes les difficultés, à la fois de sécurité mais aussi de régulation sociale dans la société réunionnaise. Aujourd’hui, la charge de travail par gendarme est supérieure à celle qu’on trouve en métropole (en moyenne, un gendarme pour 1000 habitants, contre un pour 1500 à la Réunion). « Et heureusement que les mobiles sont là, sans eux ça serait plus compliqué. C’est une force de frappe extrêmement souple qui nous permet de répondre aux divers événements », relève le chef militaire. « Je rentre à Paris, je ferai part de mon constat et de mes conclusions au Directeur de la Gendarmerie Nationale et à la Ministre des Outre-Mer, en essayant de faire passer ce message principal : il va falloir adapter nos moyens humains et matériels pour faire face à ce qui nous attend dans les années à venir. À court terme, nous allons devoir réagir en terme d’effectifs. Mais nous ne sommes pas dans une période d’extension budgétaire ».  L’équation n’est pas simple, et l’augmentation annuelle des effectifs restera soumise à la définition de la Loi de Finance votée par l’Assemblée Nationale et à la volonté politique. Quant aux questions immobilières, la Gendarmerie et la Préfecture planchent sur des programmes de financements innovants… mais il va falloir être patient. // Valérie Koch (texte et photos)

Le général de corps d'armée Bertrand Soubelet, commandant le CGOM, donne une conférence de presse à la caserne Vérines, à l'issue de sa visite à la Réunion (© Valérie Koch)

Le général de corps d’armée Bertrand Soubelet, commandant le CGOM, a donné une conférence de presse à la caserne Vérines, à l’issue de sa visite à la Réunion (© Valérie Koch)

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
1 Commentaire
  1. […] le général de corps d’armée Bertrand Soubelet (que nous avions eu l’occasion d’interviewer à l’occasion de sa venue à La Réunion). Ce changement à la tête de la Gendarmerie […]

Laisser une réponse

CONTACT

Une question ? L'inscription à la newsletter ? Envoyez-nous un message. // Idea ? Newsletter wanted ? You can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2018 FAGERS // Tous droits réservés - Reproduction interdite // Réalisation Agencevekha - Saint-Pierre, Ile de la Réunion

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account